Tirana rocks

Tu vas pas sortir comme ça quand même

Au Musée National Historique, des musiciens juchés sur une scène rouge jouent des thèmes traditionnels. Clarinette sinueuse, mesures composées, voix tendues sous de petits galurins de feutre coniques. Devant l’estrade, des écoliers en costume sautillent avec plus ou moins de grâce, main dans la main, par petits couples. Personne, dans le public ou sur l’estrade, n’a l’air tellement convaincu. La buvette fait des affaires.

Encore !

Tiranathérapie

Dajtirana

Se lever de bon matin, plein d’entrain et d’idées neuves. Engloutir le petit déjeuner puis, très vite, se retrouver seul dans l’appartement silencieux avec la petite qu’il faut changer, l’évier plein, une machine à lancer, les restes sur la table. Dompter un léger mouvement de découragement et s’y mettre. Encore !

Le goût des autres

Depuis notre arrivée à Tirana, je cours les annonces à la recherche d’un toit à nous mettre sur la tête. Mon quotidien ressemble donc à ça : jepet me qera appartamente, Myslym Shyri pranë karburant. Rruga Kavajes, 2 dhoma+soxhorno, sip. 90 m2, kushte bashkekohore. Uje dhe drita nuk perfshihen ne çmim, e mobiluar, 350 € i padiskutueshem.

Encore !

Point de départ

A Addis les nuages reviennent, la chaleur monte ; les touristes sillonnent la ville par petits troupeaux casquettés et bronzés, repus d’Histoire, de sacré, de gueules pittoresques et d’injera. Les derniers échos de Timkat résonnent encore dans les rues inondées de lumière. Nos préparatifs vont bon train. Mélanie s’arrondit, Chico approche. Nous partons.

Encore !