Télé-crochet

Premier roman (allégorie)

Décembre, le soleil s’attarde et les grenades saignent. On démonte une par une les terrasses de mes bars préférés. Chassé de l’une à l’autre, j’ai l’impression d’être dans ces jeux de plates-formes où le sol s’émiette sous les pieds du héros et le force à la fuite. Je vais bientôt devoir me réfugier à l’intérieur, où je ne sais que trop ce qui m’attend : d’omniprésentes télévisions, de la soupe internationale ou bien – quand le patron est mélomane – des CD de reprises des Beatles à la flûte de pan. Parfois même Joe Dassin, qui est ici un éminent représentant du chic français. Ne riez pas : les voies du chic sont impénétrables. N’importe quel sapeur vous le dira. Encore !

L’aigle

Ferry désaffectés sur le Lac de Koman

Les gens d’ici n’en finissent plus d’épiloguer sur le dernier Serbie-Albanie. La rencontre se jouait à Belgrade il y a déjà deux semaines. Quelques minutes avant la mi-temps, un drone tirant un drapeau de la Grande Albanie est entré sur la pelouse, un joueur Serbe l’a attrapé au vol, des Albanais lui sont tombés dessus. Coups de poing, insultes, irruption des supporters ultras sur le terrain, projectiles, foire d’empoigne et fin du match.

Encore !

Tirana rocks

Tu vas pas sortir comme ça quand même

Au Musée National Historique, des musiciens juchés sur une scène rouge jouent des thèmes traditionnels. Clarinette sinueuse, mesures composées, voix tendues sous de petits galurins de feutre coniques. Devant l’estrade, des écoliers en costume sautillent avec plus ou moins de grâce, main dans la main, par petits couples. Personne, dans le public ou sur l’estrade, n’a l’air tellement convaincu. La buvette fait des affaires.

Encore !

Tiranathérapie

Dajtirana

Se lever de bon matin, plein d’entrain et d’idées neuves. Engloutir le petit déjeuner puis, très vite, se retrouver seul dans l’appartement silencieux avec la petite qu’il faut changer, l’évier plein, une machine à lancer, les restes sur la table. Dompter un léger mouvement de découragement et s’y mettre. Encore !

Le goût des autres

Depuis notre arrivée à Tirana, je cours les annonces à la recherche d’un toit à nous mettre sur la tête. Mon quotidien ressemble donc à ça : jepet me qera appartamente, Myslym Shyri pranë karburant. Rruga Kavajes, 2 dhoma+soxhorno, sip. 90 m2, kushte bashkekohore. Uje dhe drita nuk perfshihen ne çmim, e mobiluar, 350 € i padiskutueshem.

Encore !