Tiranathérapie

Dajtirana

Se lever de bon matin, plein d’entrain et d’idées neuves. Engloutir le petit déjeuner puis, très vite, se retrouver seul dans l’appartement silencieux avec la petite qu’il faut changer, l’évier plein, une machine à lancer, les restes sur la table. Dompter un léger mouvement de découragement et s’y mettre. Encore !

Le goût des autres

Depuis notre arrivée à Tirana, je cours les annonces à la recherche d’un toit à nous mettre sur la tête. Mon quotidien ressemble donc à ça : jepet me qera appartamente, Myslym Shyri pranë karburant. Rruga Kavajes, 2 dhoma+soxhorno, sip. 90 m2, kushte bashkekohore. Uje dhe drita nuk perfshihen ne çmim, e mobiluar, 350 € i padiskutueshem.

Encore !

Point de départ

A Addis les nuages reviennent, la chaleur monte ; les touristes sillonnent la ville par petits troupeaux casquettés et bronzés, repus d’Histoire, de sacré, de gueules pittoresques et d’injera. Les derniers échos de Timkat résonnent encore dans les rues inondées de lumière. Nos préparatifs vont bon train. Mélanie s’arrondit, Chico approche. Nous partons.

Encore !

Addis congolaise

A Addis Abeba, les rues sèchent doucement, le soleil renaît, les goyaves font leur apparition aux étalages des souks, les parapluies se changent en ombrelles. La fête religieuse de la Vraie Croix allume dans les quartiers des milliers de brasiers autour desquels se pressent les enfants, les familles. Les rues ressuscitent dans le brouillard sacré des incendies. On n’y voit goutte. Ça sent l’eucalyptus brûlé. Une nouvelle saison des pluies touche à sa fin.

Encore !

Les cheminées du Caire

Il fume bizarrement mais c'est pour la photo

Pour aller d’Addis Abeba à Tunis, il faut prendre deux avions Egyptair, marqués l’un comme l’autre de la tronche stylisée d’Horus. A bord on ne boit pas d’alcool, et avant le décollage une voix profonde prononce la prière des voyageurs (du moins je le suppose ; si quelqu’un peut m’expliquer son contenu en détail, qu’il me fasse signe). Sinon, les plateaux repas ont les mêmes Vache qui Rit, les mêmes petits pains anémiques et la même sauce salade blanchâtre que dans n’importe quel autre avion.

Encore !

Bureaucracy, man

La saison des pluies menace. Elle roule ses gros nuages anthracite sur un soleil jusque-là incontestable. Le ciel tonne dans le lointain mais pour l’instant ne verse pas. Et moi, je dois aller au Ministère des transports pour valider la présence de Titine sur les routes éthiopiennes.

Encore !

Des femmes qui courent

C’est en mars, un dimanche matin. Sur le carrefour de l’hôtel Atlas, habituellement traversé en tous sens par des véhicules fous, sont rassemblées 7.000 femmes venues participer au 5 km : des jeunes, des moins jeunes et des petites filles, des blanches, des noires, des maquillées, des voilées, toutes habillées du même t-shirt rouge officiel.
Encore !